Entretien d’un Piano : petites infos sur le pourquoi du comment

IMG_5777SONY DSCIMG_1864L’entretien d’un piano : en quoi consiste-t-il ?

L’entretien d’un piano comporte plusieurs étapes.

1) L’accord qui consiste à tendre les cordes pour que chaque note soit à la bonne fréquence, chaque corde de chaque note accordée à la bonne fréquence. Ceci par rapport à un diapason donné, 435 Hertz 440 Hertz 442 Hertz 445 Hertz [fréquence du la se trouvant au milieu de la portée en clé de sol, ndlr]. C’est le travail de base.

Dans l’accord il y a 2 temps :

l’équilibre entre les notes, entre les intervalles de quintes, de quartes, de tierces, d’octaves etc. – qui s’appelle la partition. À partir de cette partition, on va accorder le reste du piano dans les basses et dans les aigus en contrôlant l’ensemble et en répartissant de façon homogène. Cette étape est la partie musicale.

– l’étape du timbre, de la sonorité, qui est lié musicalement mais qui touche l’unisson. Il y a trois cordes par note. Il faut que ces trois cordes soient accordées à la même fréquence. Or on dispose d’une marge de manœuvre quand on accorde ces trois cordes. On peut faire en sorte que le son s’épanouisse ou se referme. On peut obtenir un son un peu stérile, ou au contraire avoir quelque chose de beaucoup plus ouvert, coloré, lumineux, avec plus d’harmoniques, une meilleure projection du son. C’est donc l’expérience et la capacité de l’accordeur à s’adapter à chaque instrument qui permettront de sentir quelle est cette marge de manœuvre afin que cela reste dans la justesse mais avec quelque chose qui vive. Je considère que c’est la partie la plus difficile dans l’accord mais aussi la plus intéressante parce qu’elle est microscopique.

2) Le réglage, qui s’effectue moins fréquemment mais qui demande à être contrôlé à chaque accord afin que tous les points de réglage soient cohérents les uns par rapport aux autres.

3) L’égalisation ou l’harmonisation, le travail sur le timbre et la qualité du son. Tous ces éléments sont étroitement liés à une vision générale de l’instrument.
Sans définir en détail chaque opération, il s’agit du réglage du clavier et de la mécanique. Pour le pianiste, le premier contact est la touche. L’enfoncement de la touche jusqu’à la frappe du marteau sur la corde constitue un enchaînement d’événements mécaniques qui doivent être mis en mouvement de façon cohérente les uns par rapport aux autres. C’est une chaîne cinétique. Il faut faire en sorte que le pianiste ait un parfait contrôle de la touche – puisque c’est son seul contact avec l’instrument – et donc de la restitution sonore de ses intentions. Il y a une quinzaine de points de réglage qu’il faut multiplier par 88 notes ! Une fois le réglage optimal trouvé, on se doit de le reproduire de façon homogène sur tout le clavier. Le pianiste ne doit pas sentir de perte de temps entre le moment ou il interprète et le moment ou il entend ce qu’il a imaginé et interprété.

Accord d'un Piano

Harmonisation d'un Piano du Conservatoire

Réglage d'une mécanique de Piano à queue YAMAHA C3

LE REGLAGE DE  LA MECANIQUE DU PIANO :

Le réglage de la mécanique a autant d’importance que l’accordage !

Le piano est un instrument à cordes frappées par des marteaux, dont les têtes sont en bois et en feutres. Ses 88 notes fonctionnent à l’aide de 88 mécaniques disposant chacune d’environ 35 points de réglages. (35 x 88 = 3.080 réglages au total !). Chaque réglage a une influence sur le toucher et le son.

Les 88 touches et mécaniques doivent fonctionner précisément de la même façon, pour permettre au pianiste de conserver un toucher régulier et d’être en mesure de bien interpréter le lié des notes (legato) et les nuances du pianissimo au fortissimo. Quel que soit l’âge auquel vous commencez le piano, vous allez ‘créer’ votre propre sonorité. En effet, une note jouée par deux personnes différentes ne produira pas le même son, ce qui est d’ailleurs l’un des intérêts principaux de l’interprétation et de la musique.

Un bon réglage permettra de bien maîtriser les répétitions rapides de notes, ou permettra de pouvoir détacher la sonorité d’une note par rapport à d’autres lors du plaquage d’un accord. Un mauvais réglage de la mécanique peut mener à des douleurs physiques dues à l’excès d’efforts et à la répétitivité des mouvements. Nous voyons régulièrement des pianistes avec des tendinites, des maux aux doigts, aux coudes, aux épaules et au dos. D’où l’importance d’un bon réglage mécanique pour un jeu confortable et régulier.

Il est conseillé de régler et nettoyer (aspiration des poussières) la mécanique tous les deux à cinq ans suivant l’utilisateur. La mécanique d’un piano mal réglé s’usera plus rapidement, l’idéal étant d’en effectuer un contrôle régulier lors de chaque accordage. Même pour un piano neuf tout juste sorti de la manufacture, il faudra encore une journée de préparation en magasin, avant qu’il puisse vous être livré dans des conditions de jeu optimales (préparation, optimisation des réglages mécaniques, reprise de l’accord & de l’harmonisation) ! Le bénéfice d’une garantie constructeur ou d’un magasin dépend d’un entretien annuel pour votre piano. Je peux vous apporter les conseils d’entretien ou d’environnement propres à satisfaire ces conditions de garantie.

Publicités

Un merveilleux piano PLEYEL 1930 en restauration

Piano Pleyel

 

Beaucoup, beaucoup de travail pour ce piano d’exception mais le résultat est superbe… Palissandre ciré, ce piano PLEYEL droit est l’exemple même des années 30, avec le son tonique mais à la fois rond que nous lui connaissons.

Un long travail de réparation qui nous prouve que restaurer ces instruments est une réelle chance.

Pleyel

PleyelPleyel